Twitter Facebook Infos Afrique Infos Monde Mentions légales
Phénomènes Miraculeux
Bienvenue sur cette page, voici quelques articles de découverte
Le site met à votre disposition des articles tirés du livre Les phénomènes miraculeux autour du bateau à 12 étages apparu le dimanche 23 novembre 1919 dans le lac nsanga à Kibambi,territoire de Madimba, district de Lukaya, province du Bas-Congo, Lulendo Bosekota Kitedika Mpadi Fils


La venue d’un ENVOYE de Dieu n’est jamais le fait du hasard comme d’aucuns peuvent bien le croire. Or, chez nous, il suffit que quelqu’un dise par exemple : « Un jour, pendant que je dormais, un homme habillé d’une soutane blanche m’est apparu. Cet homme, c’est Dieu lui-même, et il m’a confié la mission d’enseigner son peuple » et on devient ainsi PROPHETE.

Puis, un autre dira : « Un jour, alors que je revenais du champ, Dieu me dit : tu es mon berger, lève-toi pour paître mes brebis » et on devient ipso facto PROPHETE

Ce sont là quelques termes parmi tant d’autres, employés par certains individus et faux envoyés ou prophètes de surcroît, pour justifier l’existence des proliférations des SECTES qu’ils ont décidé de créer dans le but précis de se faire fortune. Mais, nous savons bien que la venue d’un vrai envoyé de Dieu est toujours annoncée par des messages et en même temps qu’elle est précédée de beaucoup d’événements miraculeux dont l’œuvre de l’ELU proprement dite ne sera que la RESULTANTE.


Bien avant que Mama LUEZI KIAVUEVUA conçue, le Dieu de nos ancêtres WAMBA WA MPUNGU TULENDO apparût sous forme d’ANTRHOPOMORPHIQUE à Mama KINZEMBO Marie, mère de LUEZI, autrement dit GRAND MERE de SIMON KIMBANGU. Ce faisant, le 25 septembre 1888, Maman KINZEMBO Marie reçut un visiteur inconnu à qui elle offrit à manger et à boire. Elle prit ce visiteur pour un missionnaire de l’ABFMS. Et avant son départ, l’étranger offrit à son hôtesse un livre sacré. Il lui promit que l’enfant auquel sa fille LUEZI KIAVUEVUA donnera naissance sera le PREMIER SAUVEUR de la race des opprimés et que son nom débordera toutes les frontières. La bénédiction reçue de l’étranger visiteur permit par la suite à Mama KINZEMBO Marie de guérir jusqu’à sa vieillesse, tous les malades qu’on lui amenait.

Après 12 mois de grossesse pleine de multiples moqueries, pour avoir dépassée le terme normale de 9 mois, venait de naître un enfant mort né, après des rites de nos ancêtres par la chanson cadencée ayant comme refrain « KIMBANGU », l’enfant toussa et ouvrit les yeux tout en pleurant. Une de ses tantes BIYELA prit la parole devant le public et déclara que : « Comme l’enfant vient de reprendre sa vie normale par le rythme de la chanson de « KIMBANGU », je déclare que que son nom ne sera autre que celui de KIMBANGU conformément à la déclaration de KIMPA VITA ESIPA en date du 02 Juillet 1706 lors de sa condamnation injuste et cruelle au bûcher sur instruction de pères Bernardo Da GALLO et de Lorenzo Francisco Da LUCCA.

Et 6 mois après la naissance de cet enfant, Dieu dut descendre de nouveau pour le bénir en vue de sa future mission de la libération de l’homme noir à partir du 18 Mars 1921.
GONDA DI KINSAKU (1915)
En 1915, l’Arrière grand-père de MPADI répondant au nom de GONDA DI KINSAKU eut une vision que son petit fils MPADI, âgé de six ans, devint géant, tellement géant qu’il pouvait toucher le firmament. Et au même moment, le ciel s’ouvrit et un ange en sortit et s’écria, sa voix était comme un tonnerre : « Ce jeune homme sera le Second Sauveur et libérateur future de la race noire »

NSALA MBATA Thomas (1916)
En 1916, son propre père NSIALA MBATA eut lui aussi, une autre vision pendant qu’il était assis à l’ombre sous un manguier. Il vit apparaître un à un les ancêtres des hommes blancs notamment : MELECK, MOISE, ELIE, ABRAHAM et PIERRE ; ils remirent successivement à son Fils MPADI âgé de 7 ans :
-Une Soutane Rouge
-Une Canne
-Une bouteille d’Huile Sacrée
-Un Livre Sacré
-Une Clé du Royaume céleste des Noirs

Le 2nd Sauveur Messager du Peuple Noir Papa MPADI BUKA MAKENGO NSUKA

Le chef NSIALA MBATA vit tous ces hommes congratuler son fils MPADI en disant : « L’homme noir, notre aîné, est rétabli dans tous et pour tous ses droits ; et ce, en guise de réparation des préjudices causés aux noirs sur le plan religieux par nos petits fils missionnaires pionniers en Afrique depuis 1487 entre le Roi NZINGA et le Pape INNOCENT VIII représenté par le roi du Portugal JOAO IV (Jean IV) sans tenir compte de conséquence futurs concrétisant ainsi , la mise en application du contenu de la Bulle Papale Nicolas V datée du 08 Janvier 1445 ».

Après tous ces mots, ils disparurent sur le lieu. Très éblouie et n’en revenant pas, le chef NSIALA MBATA convoqua de toute urgence une réunion au cours de laquelle il rendit compte de la vision aux villageois venus nombreux… Tous les 600 participants promirent de ne rien raconter à personne afin d’éviter toute réaction néfaste de la part des missionnaires et de l’Administration belge. Car, se dirent-ils, le temps viendra où nous verrons s’accomplir ces promesse. Le jeune MPADI n’avait plus à attendre longtemps pour voir se réaliser de dessein de Dieu.

Mais dans les villages où il était affecté comme CATHECHISTE, on parlait de lui comme le BERGER promis des noirs et aussi comme le prophète opérant des miracles prouvant par là qu’il était réellement une GRANDE MANIFESTATION DIVINE.

Immédiatement informé de cette situation, le Révérant Père Mac Diamid de la Mission ABFMS descendit sur le lieu et ramena avec lui le jeune MPADI à Sonabata au courant de la même année 1916 où il devint célèbre CATHECHISTE après ses études pastorales.
Le Secteur actuel de Mfumu Kibambi est enclavé autour de 9 Lacs, à savoir : Kimpika, Kinkela, Madimba, Nkunga, Nsanga, Nsengesi, Nsiesi, Nuni et Vusu. De tous ces Lacs, nous parlerons ici de l’un de ces neufs, soit « NSANGA » le plus visé.

En effet, le dimanche 23 Novembre 1919, les habitants de Kibambi et des environs furent surpris par un événement qui n’avait de pareille dans les annales de leur contrée et même du pays tout entier si pas de l’Afrique. Il se passe ceci, un navire battant pavillon Congolais fit apparition dans le Lac NSANGA. Les 77 777 777 000 occupant vêtus tous en Kaki étaient tous de la race noire. Le Commandant de l’équipage nommé ZUNSA Pierre explique à la foule attiré expliqua à la foule attirée sur les lieux que leur voyage entrait dans le cadre d’une visite éclair devant permettre d’amorcer le processus de LIBERATION DE L’HOMME NOIR de toutes ses servitudes.

Mais devrait-il enchaîner, les occupants du navire apitoyés du fait de l’APOSTASIE de leurs frères noirs à qui étaient destinés le MESSAGE SACRE DU SALUT et qui, sous l’instigation de l’ennemi européen tentaient de se dresser contre eux.

Informé de la présence physique du BATEAU, l’Administrateur du Centre fit venir des prêtres catholiques de la direction de Monseigneur DELLE PIANE, Délégué Apostolique du Congo Belge et du Rwanda-Burundi, aux fins d’organiser des cérémonies rogatoires. N’ayant obtenu aucun résultat positif, l’autorité coloniale de la place Largua un bataillon armé de la Force Publique pour anéantir ledit équipage. Ils tirèrent jusqu’à la dernière cartouche sans aucun résultat et sans la moindre riposte de la part des paisibles occupants du navire. C’est alors que plusieurs véhicules furent chargés des sacs de sels, de sucres, de poissons salés, de riz et des pièces de monnaie à destination de Kibambi pour amadouer, d’après eux, les esprits du Lac.

Cette opération n’apporta non plus aucune solution. Le commandement de bord Pierre ZUNSA expliqua chaque jour aux nombreux spectateurs, les villageois curieux et étonnés qui venaient contempler la navire miraculeux, que leur mission consistait à marquer du Sceau Sous Seing celui que le Dieu de nos ancêtres avait choisi comme BERGER et SECOND SAUVEUR de la race noir qui n’était personne d’autre que le jeune MPADI.

Et juste en cette époque, le jeune MPADI (10ans) élève à la Maison de Sona Bata, parti en congé à son village fut étonné par le récit des événements du Lac Nsanga qu’on lui relatait. Sans plus tarder, il supplia son père NSIALA MBATA de le conduire sur le lieu. A son arrivée, tous disaient que c’était LUI, L’UNIQUE SECOND SAUVEUR choisi par WAMBA WA PUNGU TULENDO et à qui était réservée la PRIMEUR du MESSAGE SACRE CELESTE dont ils étaient porteurs. D’un seul coup, ils se mirent à chanter en ces termes :

« Le fils de Dieu est envoyé à l’homme noir

Mais ce dernier n’est qu’un apostat

Courant désespéramment derrière les religions étrangères

Mais il n’y trouve point de salut

Refrain :

Il se confie à l’étranger Catholique

Il se confie à l’étranger Protestant

Le noir est à jamais égaré

Dans les religions des étrangers

Devant un Dieu des étrangers ».



L'Eléphant (Représentant les Colons) et le Léopard (Représentant Mpadi)


Ce sont là quelques paroles que les spectateurs étonnés avaient pu retenir. Et brusquement, MPADI qui était parmi eux, se retrouva dans ledit navire aux cotés des étrangers visiteurs. Tout équipage fut dès lors enthousiasmé et entraîné dans une farandole indescriptible et extrêmement agréable dont le jeune Mpadi devint l’ANIMATEUR PRINCIPAL. Après quelques temps, Mpadi reprit et personne ne sut comment le camp des mondains, lesquels se rabattirent sur lui pour voir s’il était toujours dans la même peau et lui poser toutes sortes de questions.

La suite fut tellement longue qu’il nous serait impossible de le décrire dans ces lignes. Puis, il convient de noter que ce récit n’est ni une simple fiction, ni un mythe, moins encore un conte autour du feu ; mais plutôt une réalité vivante que beaucoup des anciens de la région de Kibambi continuent d’affirmer et de confirmer. Le bateau disparut en date du 22 Février 1920, soit 3 mois après son apparition et 4 jours après l’apparition du Caméléon sur la Table du bureau de l’Agent Territoriale Colonial de Poste Kibambi.
A la même époque, en date du 18/02/1920, soit quatre jours avant la disparition dudit bateau, un CAMELEON vint s’installer sur la table du bureau de l’Agent Territorial Colonial, Monsieur VAN BINNEBECK au poste de Kibambi, Groupement Kibambi, secteur Mfumua Kibambi, District de la Lukaya, Province du Bas Congo. Celui-ci revenait de son déjeuner et de retour au bureau, il aperçut le CAMELEON muni d’un LIVRET D’IDENTITE et d’une somme d’argent qu’il tenait par ses pattes de devant et qui lui dit :

« Bonjour Monsieur le célèbre Agent Territorial, tu fais souffrir les noirs pour le paiement de l’impôt, mais voici venu aujourd’hui le tour des bêtes, je suis venu payer mon impôt, donnes-moi le timbre. Voici d’ailleurs les pièces de 3 francs que tu avais l’habitude d’exiger à la population noire, n’aie pas peur et approches-toi » !
Le Caméléon (Représentant Mpadi)


Effrayé par cet événement extraordinaire et miraculeux qu’il venait de vivre pour la première fois, Monsieur Van BINNEBECK se retourna très vite et prit ses jambes à son cou sans dire un mot. Voilà en fait l’une des premières origines spirituelles et demandes de l’indépendance d’Afrique que bon nombre des gens ignorent et que voici ci-dessous les explications du contenu de ladite vision à caractère purement spirituel en vue d’éclairer votre religion (a lire a tête reposée) :

1 Le bateau à 12 étages : est le symbole de la réimplantation de notre confession religieuse « RELIGION MPADISTE » en sigle « REMPAD » merveilleusement hiérarchisé. A la tête se trouve le Chef des 12 sages (Kuluntu a zintumua) assisté de 3 Aides, puis 1 Conseil de 12 sages (Ba zintumua ou Albandataires) suivi de l’équipe de 120 et celle de 300 réparties en 12 échelons à partir Sentene jusqu’à l’Albandataire.

2 Le Caméléon : incarne le Second Sauveur Mpadi ou Chien attaché d’une corde au cou en date du 22/02/1920.

3 L’Eléphant vivant : représente Monsieur VAN BINNEBECK alors Agent Territorial à Kibambi et plus tard, le Gouverneur Général Pierre RYCKMANS en 1939.

4 Le Lac Nsanga : le monde soit la terre où nous sommes.

5 Le Léopard : c’est l’autorité spirituelle charismatique qu’incarne Mpadi.

6 Le Livret d’Identité : symbole de LIVRE D’OR de la future Jeune République Démocratique du Congo et de chaque nouvel ETAT actuel de pays africains indépendants.

7 Le Miel caché : c’est le fruit de l’indépendance voire la liberté confisquée d’une façon injuste par les colonisateurs aux fronts longtemps courbés…

8 Les prêtres catholiques et bataillons armés jusqu’aux dents : ceux sont tous ceux qui combattent la REMPAD dans toutes ses actions depuis son origine et jusqu’à ce jour autrement dit nos Dissidents.

9 Les 77 777 000 Membres d’Equipage : sont donc tous les fidèles noirs de la REMPAD oints et marqués de Sceaux Sous Seing au sein de notre Paradis céleste de l’Est nommé MBANZA KIKANGU.

10 Les 3 pièces monnaies d’une valeur de 3 Frs : c’est pour s’acquitter du montant de timbre fiscale exigé.

11 Le timbre exigé : est l’acquis à la preuve de payement à coller à la case réservée à cet effet dans le livret d’identité coloniale.

12 La trompe de l’Eléphant en pleine action : est le bureau de l’autorité coloniale en pleine action de travail revêtue de tout pouvoir de l’Administration dans sa juridiction compétente.

*Sachons le que le Caméléon est parmi les premiers promoteurs de l’indépendance du Congo/RDC.
De NZADI ou Lac NSANGA, les mêmes personnes c'est-à-dire les 77 777 777 000 Anges célestes arrivés par le bateau mystérieux vont apparaître à Maman LUILA DIA KIWULA en date du 22 Février 1920 à Proximité de la savane « KIMBUENGO ».

Mpadi et la visionnaire Luila Diakiwula

Voici comment s’est déroulé l’événement : En effet, Mama LUILA DIA KIWULA était mariée à papa KITAMBALA François, originaire de Kilamuana, Secteur Mfuma Kibambi, Territoire de Madimba, District de la Lukaya, Province du Bas-Congo. Tandis que sa mère nommée Maman MAFUTA qui, suite à la fatale mort de ses deux frères : MAKENGO NSUKA et PULULU ZA NSUNGU, elle a opté le nom de MABAKANSONI. Elle habitait le village Kundi Dia Yondo. Les deux villages : Kilamuna et Kundi Dia Yondo étaient et les sont encore séparés par une petite rivière appelée « NKUNGA ».

Nous sommes cependant le 22 Février 1920. Le temps n’est pas vraiment beau. Le ciel est complètement gris. Mais Mama LUILA doit traverser de l’autre côté pour y rejoindre sa mère Mama MABAKA NSONI à un champ d’arachides qu’elles avaient en commun. La mère tarda à venir au lieu du rendez-vous, mais cela n’empêcha pas Mama LUILA d’attaquer le travail de sarclage. Environ 2 heures s’écoulèrent et cela l’inquiéta. Et comme le temps ne fut toujours pas rassurant, Mama LUILA décida de rebrousser chemin. En cette période de récolte d’arachides et de maïs, elle ne pouvait pas rentrer au village les mains vides. C’est pourquoi elle grilla 49 épis de maïs, en mangea 1 et mit les 48 restants dans son panier avec une bonne quantité d’arachides.

Arrivée à un carrefour à proximité de la savane KIMBUENGO, ses deux jambes refusèrent tout mouvement, une lumière venue du ciel vint l’éblouir et la visionnaire tomba par terre. C’est alors qu’une voix la rassurant en disant : « ne crains rien, car je suis WAMBA WA MPUNGU TULENDO, le Dieu de la race noire. Le MESSAGE que je t’apporte est celui du SALUT et de la DELIVRANCE SPIRITUELLE pour toute la race noire ». Mama LUILA reprit connaissance et ouvrant les yeux, elle vit une multitude d’Anges au nombre de 77 777 777 000. Leur chef de file ordonna à Maman LUILA de servir tous les visiteurs du maigre contenu de son panier. Celle-ci estima la quantité trop insuffisante mais l’ange insista et aussi paradoxal que cela peut paraître toute la foule fut servie en ce sens, que chacun prit un épi de maïs et une poignée d’arachides. Ils la bénirent et lui remirent un CHIEN attaché à une CHAINE au cou et 3 LIVRES SACRES.
Symbolise l’oppression, les souffrances de ton fils MPADI sur la lourde mission que WAMBA WA MPUNGU TULENDO vient de lui léguer pour la libération totale de l’homme noir. Et nous venons de choisir le jeune MPADI pour rompre les maillons de cette chaîne de domination et libérer ipso facto les noirs des jougs de son oppresseur.

Mpadi, symbole du chien attaché d'une chaîne au cou


C’est encore à lui et à lui seul que nous réservons l’honneur d’ouvrir les 3 LIVRES et d’en divulguer le contenu à toute la race noire pour sa DOCTRINE, l’HISTOIRE et le PROGRAMME et PLANS D’ACTIONS, de la RELIGION MPADISTE en sigle « REMPAD ». Et quiconque désobéira à ses instructions, écopera des sanctions célestes. Ils ajoutèrent:

« Tu feras construire une maison de 24m x 12m soit d’une superficie de 288 m2, divisée en 3 chambres ». Future TROIS GRANDES EQUIPES de : 12 et demi-douze ; 120 et enfin de 300 subdivisée en DOUZE échelons, symbole de bateau à 12 étages.

"Au centre d’elle, tu placeras une TABLE réservée aux 3 LIVRES", autrement dit la FONDATION de ou la REIMPLATATION effective et officielle de la REMPAD en date du 07 Septembre 1939 ainsi que ses différentes équipes, à savoir : Conseil de 12 SAGES, Equipe de 120 et 300 tel que présente le croquis ci-dessous.



"Et n’oublies pas de placer une bougie de placer une bougie à chaque coin de la table". Tandis que le CARREFOUR représente toutes nos représentations voire tout endroit où se déroule chaque culte : Kinlongo de la REMPAD au vu de tout le monde.

De retour au village, maman LUILA se garda de raconter ce qui s’était passé à son mari, elle le pria plutôt de la laisser partir pour Kundi Dia Yondo, son village maternel, ce qui fut fait. Là, elle rapporta les faits à sa mère et lui remit les différents présents. Elle recommanda aussi la construction de ladite maison. Cela fut fait également
Six mois après, soit le 22 Août 1920, dans la soirée, la terre se mit à trembler, les gens commencèrent à fuir dans toutes les directions, on entendit des coups de foudres qui, fort heureusement ne firent pas de victimes. Il fallait attendre le crépuscule pour voir apparaître deux hommes géants vêtus de blanc et dont l’un dit à Maman MABAKA NSONI : « Wamba Wa Mpungu Tulendo a choisi ton petit fils Mpadi pour rassembler les noirs au NORD comme au SUD de l’Afrique, à l’EST comme à l’OUEST. » « Et le faire entrer dans son Royaume. »

Le matin une grande fortune fut trouvée dans la 3ème chambre de la maison où étaient gardés les présents. Nous ouvrons ici une petite parenthèse pour répondre à la première question qui se profile dans l’esprit de tout lecteur, celle de savoir la destination prise par cette fortune. Et nous dirons tout de suite que les prémisses de celle-ci sont gouttées par tous ces frères noirs qui roulent carrosse pour l’instant parce qu’il était dit que cette fortune sera mise au service de tous les noirs. La grosse partie reste bloquée du fait de la méconduite manifeste de l’homme noir qui continue d’apostasier sa véritable religion de suite de l’action de l’asservissement colonial par vénération de dieux étrangers.

Le Second Sauveur MPADI seul, connaît la cachette de celle-ci ainsi que le moment du partage aux seuls vertueux marqués de Sceau Sous –Seing. Par ailleurs, il y a lieu de souligner ici que Maman LUILA fut incorporée au sein de l’équipe des Anges célestes de notre royaume céleste de KIKANGU (paradis) à partir de cet événement et devint à cet effet, une des Saintes noires qui n’a ni famille et ni tribu mais plutôt une Maman de tout le monde. NDINGA TTAT
Descente de Monsieur BIATA à la Rivière NKUNGA

Six mois après la vision de Maman LUILA, soit en date du 22/08/1920, un autre fait très important s’est passé encore à Kundi-dia-Yondo. C’est celui de Monsieur BIATA qui se rendait à la rivière Nkunga où il a placé sa nasse. Lors de sa descente vers ladite rivière, il remarqua au-dessus de la souche d’un arbre se trouvant près de la rivière, la présence de 3 autres livres. Sans crainte et ni connaître l’origine, il les prit.

Puis voulant descendre dans la rivière où se trouvait ladite nasse, il voit venir vers lui 3 canards dont il a pu les capturer et s’est présenté là où se trouvait la dite nasse. Il la détacha et ne put l’attirer de l’eau. Mais remarqua alors, un tissu rouge bien collé contre sa nasse et prit soin de la tirer mais, surpris de voir sortir dans l’eau un long tissu non mouillé dont l’opération dura jusqu’au soir sans arriver à bout.

Se trouvant seul sur ce lieu, il décida de le couper pour en revenir le lendemain. A la question de savoir comment transporter tous ces biens ? Il entendit une voix des inconnus qui lui demandèrent de se tranquilliser et de bien vouloir plier convenablement le tissu. Car, ils sont disposés de l’aider. Sans tarder, ces gens soulevèrent ledit tissu et le posèrent sur sa tête tout en se plaçant chacun de part et d’autre jusqu’à l’entrée principale du village. Monsieur BIATA remarqua seulement deux jambes de chaque côté représentant au total huit jambes de quatre personnes.

A l’entrée du village, ils lui demandèrent de continuer sa route avec promesse de venir eux-mêmes lui ramener la partie restante, puis disparurent immédiatement sur le lieu. Arrivée à la maison, il fut surpris de constater toute la maison plaine de ce tissu rouge. Ce qui a pu étonner tout le monde avec une joie si profonde.

Hospitalisation miraculeuse de Monsieur BIATA

Quelques mois après, Monsieur BIATA devait se rendre à l’hôpital de Kisantu pour son intervention chirurgicale de suite d’une hernie, accompagné de sa garde-malade. Voulant traverser la rivière Lukunga, une voix d’un inconnu lui pria de se coucher à terre pour qu’il soit opéré sur le lieu. Sans hésitation et ni doute, il s’exécuta comme demandé. Et, entendit le bruit de coups de ciseaux et le mouvement des gens comme si c’était dans une salle d’opération de l’hôpital. Aussitôt terminé, BIATA se voit coucher et couvert d’une étoffe avec instruction formelle de rester sur ce lieu pendant quelques jours seulement. Tandis que celui qui l’accompagnait faisait des va et vient au village pour s’y approvisionner de quoi vivre jusqu’à la guérison complète et, rentrèrent au village complètement guéri et bien portant sans arriver à l’hôpital Saint Luc de Kisantu à Inkisi.
Par ailleurs, après KUNDI DIA YONDO, la foule des Anges ne remonta pas immédiatement au ciel. Mais ils parcoururent toute l’Afrique noire et posèrent des jalons dans les endroits jugés stratégiquement favorable à la propension du messianisme africain. D’où, l’origine de Onze Grandes Figures Africaines ou encore les 11 Saintes Africaines apparues dans les neufs pays africains, tels que : ANGOLA, BENIN, BURKINA FASO, EGYPTE, ETHIOPIE, GABON, MAURITANIE et NIGERIA. Ils arrivèrent à Nkamba pour rappeler que les promesses faites à Maman KINZEMBO allaient s’accomplir.

Le 1er Sauveur Messager du Peuple Noir Papa KIMBANGU DIATUNGUNA


Et le 18 Mars 1921, Papa KIMBANGU opérait à Lukengo son premier miracle en ramenant à la vie une fillette morte depuis le 16 Mars 1921 et ressuscitée le 18 Mars, soit trois jours après. Arrêté le 12 Septembre 1921, il sera jugé, condamné à mort par le Tribunal Militaire mais, sera commué à la prison à vie par le Roi Albert 1er en date du 03 octobre 1921. Laquelle peine lui amènera à la déportation et relégation à la prison centrale de Lubumbashi/Katanga via celle de Buluwo à Likasi. Enfin, le 18 mars 1933, fut la Prière de Lamentation pour le choix du successeur valable de Simon KIMBANGU en la personne de Simon Pierre MPADI.
Le 07 Septembre 1939 fut la date de dépôt du Manifeste (Memo) de Simon Pierre MPADI auprès de l’Administrateur Territorial de Madimba par la délégation de 62 membres effectifs de l’Assemblée Générale Extraordinaire de Kinsangi. Tandis que celui destiné au Gouverneur Général Pierre Ryckmans fut déposé personnellement par MPADI lui-même au Cabinet du G.G à Kinshasa.

Arrêté en date du 13 Septembre 1939, il fut transféré à Kinshasa via Madimba pour être jugé et condamné injustement par le Tribunal d’Exception composé de :

Gouverneur Général Pierre Ryckmans : Juge Président

Monseigneur Delle Piane : Ministère Public

Secrétaire Verwing : Greffier

Ses multiples évasions antérieures lui conduiront successivement en Angola, puis à Brazza où il sera égorgé en date du 24 juin 1944 et ressuscité le 26 juin 1944. Transféré à Kinshasa le même jour de sa résurrection, il sera arrêté à la prison d’Ango-Ango/Province Orientale le 13 mars 1945. De là, il foulera la province de l’Equateur, puis à Bangui/RCA en date du 10 Août 1945 jusqu’au 30 Novembre 1945.

Rentré à Kinshasa par la pirogue, son équipage sera trahi et arrêté au port de Ndolo à Kinshasa après sa disparition miraculeuse jusqu’à Kilamuna dans le Bas Congo où, il sera trahi par son propre petit fils, le chef secteur a.i Louise NSEKA. Cette dernière arrestation le conduira à la prison centrale d’Elisabethville/Lubumbashi, le 17 Avril 1946 à côté de Simon KIMBANGU.

En outre, c’est à Lubumbashi dans la prison de Kassombo où les deux grandes manifestations divines KIMBANGU ET MPADI ont arrêtées les décisions très importantes visant la libération de la race Noire, à savoir :

1- Mardi 16 Avril 1946 : vision de BUKA relative au transfère physique et définitive de MPADI à Lubumbashi.

2- Mercredi 17 Avril 1946 : rencontre des deux grandes manifestations divines Simon KIMBANGU et Simon Pierre MPADI à la Prison Centrale d’Elisabethville (KASSOMBO)/Lubumbashi.

3- 17 au 23 Juin 1946 : prière de concours et résultat de l’échéance de la mission sacrée du 1er sauveur KIMBANGU.

4- 1947 : exécution des prières des mois de Mars et Juin.

5- Mercredi 18 Février 1948 : résultat de la prière du 17 Mars 1933 et celui de la vision du 18 Mars 1933.

6- 1949 : lettre apostrophée antérieure du Delleviste en chef LUKELO NKENKO Thomas.

7- 7 Mai et 7 Août 1951 : période de transfère successif de Ngoma -A -NLAZA et BAMBA Emmanuel à la prison centrale de Lubumbashi en vue de prendre part aux assises du 23 Août 1951.

8- Jeudi 23 Août 1951 : rencontre de concertation entre KIMBANGU, MPADI, NGOMA A LAZA et BAMBA où MPADI fut confirmé et présenté officiellement comme successeur valable de Simon KIMBANGI.

9- 11 au 12 Octobre 1951 : dernière concertation des deux Sauveurs Simon KIMBANGU et Simon Pierre MPADI.

10- Vendredi 12 Octobre 1951 : voyage spirituelle de Simon Kimbangu.

11- 12 Janvier 1956 : prière de Libération initié par le Second Sauveur Mpadi.

12- 1958 : avènement du 1er ministre des Colonies Monsieur Van HEMELRIJCK à la prison centrale de Bulewo/Likasi, les émeutes du 4 Janvier 1959, la levée des mesures d’interdiction des fidèles kimbanguistes et mpadistes.

13- L’exoration de Mpadi à ses fidèles relégués en date du 3 Avril 1960 relative à la Libération effective.

14- Annonce de la Libération de Mpadi par message télégramme jeudi 28 Avril 1960, sa libération effective le Dimanche 1er Mai 1960 et à son arrivée à Kinshasa Jeudi 5 Mai 1960, marquant ainsi la fin de la relégation de tous les fidèles mpadistes relégués à travers toute l’étendu du territoire nationale de la RD Congo (ex Zaïre).

Libération de Mpadi
Copyright 2014 - 2015 © Religion Mpadiste, tous droits réservés. Toute copie totale ou partielle de ce site sans l'accord du propriétaire constitue un délit. Webradio hébergée par la plateforme Radionomy, respecte les droits d'auteurs.
SiteLock